Frauder les autoroutes peut vous coûter cher

Les frais de péage font partie des habitudes des usagers des autoroutes. Ce droit de passage a une justification de sécurité routière, mais certains conducteurs essayent malgré tout de frauder. Pourtant, le refus de paiement constitue une infraction au Code de la route et peut coûter plus cher que le montant initial.

Les quatre utilisations des recettes d’un péage

L’argent récolté par les péages permet aux entreprises concessionnaires d’autoroutes :

  • d’entretenir,
  • de construire,
  • d’exploiter ce réseau routier
  • de proposer des services de qualité (aires de services, information de l’automobiliste…).

Avec 11 882 km d’autoroutes, l’État a fait le choix politique de faire payer les usagers plutôt que tous les contribuables. À partir de 2005 et dans le cadre d’un nouveau plan d’investissement, il a ainsi procédé à la privatisation des autoroutes françaises via des concessions à des entreprises privées. Selon l’Afsa, l’Association des sociétés françaises d’autoroutes, les sommes perçues sont partagées en 3 grands pôles : les impôts (32 %), l’entretien (31 %) et l’exploitation (20 %). 2 % servent à réaliser de gros travaux.

Découvrez ce que coûte le refus de payer

Rouler sur une autoroute payante implique de devoir payer un droit de passage correspondant à la longueur du parcours effectué et à la catégorie du véhicule utilisé.
L’infraction est caractérisée lorsque l’usager refuse de payer ou fraude d’une quelconque manière. Le contrevenant risque alors un avis de contravention de 2e classe sans retrait de point, accompagné d’une amende forfaitaire de 35 euros pouvant être majorée jusqu’à 150 euros.

Rouler sans argent sur les autoroutes

Il peut arriver d’emprunter une autoroute sans avoir de moyen de paiement à disposition. Dans ce cas, le personnel du péage réalisera une facture qu’il conviendra de régler au plus vite sous peine de tomber sous le coup de la loi.






Commentaires

  

Derniers commentaires

Aucun commentaire pour le moment.