Jeune conducteur : comment risquer une contravention avec retrait de 3 à 6 points ?

Une infraction au Code de la route peut coûter beaucoup d’argent au jeune conducteur, de même qu’un certain nombre de points. Dans le cadre du permis probatoire à 6 points, en vigueur sur une période de 2 à 3 ans après obtention du permis de conduire, une contravention avec perte de plus de 3 points peut provoquer un retrait de permis et nécessite un stage de sensibilisation, obligation signifiée par l’envoi de la lettre 48N.

Comment s’exposer à une perte de 3 à 6 points sur son permis probatoire ?

Les infractions routières impliquant une perte de 3 points sur son permis probatoire sont multiples et couvrent un certain nombre de comportements à risques au volant :
  • Conduite en dehors des conditions de validité du permis B ;
  • Excès de vitesse compris entre 30 et 39 km/h ;
  • Oubli des clignotants lors d’un changement de direction manifeste ;
  • Dépassement, arrêt ou stationnement dangereux, en particulier de nuit ou par temps de brouillard sans feux ou signalisations spécifiques ;
  • Circulation sans justification sur la voie de gauche ou sur la bande d’arrêt d’urgence ;
  • Franchissement d’une ligne continue ;
  • Téléphone au volant ou utilisation pendant le trajet d’écouteurs, d’un casque audio ou d’un écran situé dans le champ visuel de l’automobiliste autre qu’un outil d’aide à la conduite ;
  • Non-respect du port de la ceinture et des distances de sécurité ;
  • Conduite avec vitres teintées.

Certaines infractions et transgressions aggravées au Code la route entraînent pour les jeunes conducteurs un retrait de 4 points :
  • Refus de priorité ;
  • Non-respect d’un sens interdit, d’un cédez-le-passage, d’un panneau stop ou d’un feu rouge ;
  • Excès de vitesse avec dépassement de 40 à 49 km/h des limitations ;
  • Marche arrière ou changement de direction sur voies rapides ;
  • Franchissement d’un passage à niveau alors qu’un train est annoncé.

Enfin, les infractions à 6 points, qui peuvent constituer soit des contraventions soit des délits, impliquent en période probatoire une invalidation du permis de conduire signifiée par la réception de la lettre 48SI, ainsi qu’une période d’interdiction de conduire d’un semestre :
  • Contraventions : taux d’alcoolémie dépassant la limite légale de 0,25 mg pour le conducteur, de même que pour l’accompagnateur en conduite accompagnée, excès de vitesse supérieur à 50 km/h, utilisation d’appareils visant à identifier ou troubler les radars automatiques.
  • Délits : fuite, refus d’obtempérer, conduite en état d’ébriété manifeste et taux d’alcoolémie dépassant les 0,40 mg, conduite sous stupéfiants, utilisation consciente de fausses plaques d’immatriculation, conduite en dépit d’un retrait ou d’une annulation du permis, refus de coopérer dans le cadre d’un dépistage, homicide involontaire ou blessure entraînant une incapacité totale de travailler.

Permis probatoire : comment réagir à la réception de la lettre 48N ?

En cas d’infraction à 3 points et plus, vous recevez par courrier recommandé dans un délai d’un à onze mois la lettre 48N, qui vous contraint à participer à un stage de sensibilisation à la sécurité routière dans les quatre mois après réception du document. Ce stage obligatoire vous permet de regagner jusqu’à 4 points dans la limite du capital points autorisé.

Si vous refusez de suivre ce stage de récupération de points dans les délais impartis par la lettre 48N, vous risquez une suspension de permis et une amende de 135 €.

Lettre 48N : sauvez votre permis probatoire de la suspension !

La lettre 48N est envoyée à tout jeune conducteur en période probatoire qui a commis une infraction au Code de la route entraînant un retrait d’au moins 3 points de permis. Elle oblige ledit conducteur à effectuer un stage de sensibilisation à la sécurité routière.



Stage de Récupération de Points
drapeau-francais+4 points | en 2 jours | 1 fois /an
Voir les formations
> Stage agréé : +4 points en 2 jours.