Sécurité Routière : 2 stratégies pour empêcher un ami de conduire en état d’ivresse !

En état d’ivresse, un ami multiplie par huit les risques d’avoir un accident mortel au volant. C’est pourquoi la Sécurité Routière recommande de retenir systématiquement un proche qui a bu et de l’empêcher de conduire sous l’emprise de l’alcool. Un réflexe déjà adopté par 77 % de la population en 2014, mais qu’il n’est pas toujours facile d’appliquer.

1. Méthode douce : comment persuader un ami de ne pas prendre le volant ?

Dans un premier temps, et si votre ami peut être raisonné, faites preuve de persuasion. Parlez-lui des risques d’accident qu’il prend et qu’il fait prendre à ses passagers, jouez sur la culpabilité, évoquez les risques de retrait de points ou de suspension de permis et n’hésitez pas à prouver ce que vous avancez en lui faisant passer un alcootest.

Si vous ne disposez pas d’un éthylotest, vous pouvez utiliser un éthylomètre en ligne afin de contrôler son taux d’alcoolémie pour le dissuader de prendre le volant.

2. Méthode forte : comment retenir malgré lui un ami qui a bu trop d’alcool ?

La situation se complique lorsque votre ami maintient son idée de prendre la route malgré un taux d’alcool dissuasif. Il ne vous reste plus qu’à lui sauver la vie malgré lui :
  • confisquer discrètement ses clés de voiture : sans pouvoir démarrer son véhicule, votre ami se verra contraint de rester sur place,
  • lui trouver d’autorité un moyen de transport alternatif : appelez un taxi ou un de ses proches pour venir le chercher, ou menez-le à l’arrêt de bus ou de métro le plus proche,
  • le ramener chez lui malgré ses protestations : raccompagnez-le avec votre propre véhicule, à condition que vous ne dépassiez pas vous-même le taux légal d’alcoolémie,
  • le convaincre de continuer la soirée : sans l’encourager à boire davantage, vous pouvez garder votre ami actif en attendant que les effets de l’alcool s’estompent.

Pour optimiser vos chances de retenir chez vous vos amis en état d’ébriété, anticipez et prévoyez des couchages pour tout le monde si vous le pouvez.

Conduire sous l’emprise de stupéfiants : 4500 euros d’amende et 2 ans de prison !

Outre la consommation d’alcool, la conduite sous stupéfiants est également interdite, car elle altère fortement les réflexes du conducteur. Ce dernier risque un retrait de six points, une contravention de 4500 euros et une peine de prison de deux ans. Si de surcroît l’alcoolémie du conducteur dépasse le taux légal, l’amende encourue est de 9000 euros.



stage france