Taux d’alcoolémie : comment obtenir l’avis d’un médecin agréé après infraction ?

Lorsqu’un automobiliste commet une infraction grave au Code de la route impliquant une consommation d’alcool trop élevée, il risque de subir une annulation du permis de conduire et de devoir repasser l’examen de conduite dans son intégralité. Pour cela, une visite médicale obligatoire doit être réalisée auprès d’un médecin agréé ou de la commission médicale lorsque l’infraction est liée à un taux d’alcoolémie dépassant la limite légale.

Alcool au volant : 3 sanctions impliquant l’annulation du permis !

La conduite en état d’ébriété est sévèrement punie par les forces de l’ordre et peut provoquer dans certains cas graves une annulation du permis. Les limites légales de taux d’alcoolémie sont de 0,2 gramme d’alcool par litre de sang en permis probatoire et de 0,5 g/l hors période probatoire. Un retrait de permis pouvant durer jusqu’à trois ans peut être prononcé dans les cas suivants :

  • Taux d’alcool égal ou supérieur à 0,8 g/l
  • Récidive avec une alcoolémie égale ou supérieure à 0,8 g/l ou état d’ivresse manifeste
  • Refus de procéder à un alcootest

Prenez rendez-vous pour la visite médicale auprès de la commission !

Afin de pouvoir conduire à nouveau suite à une annulation de permis, il faut repasser l’examen du code ainsi que l’examen pratique. Cependant, il est obligatoire de prendre préalablement rendez-vous pour une visite médicale afin de valider son aptitude à la conduite.
Lorsque la ou les infractions routières commises impliquent une consommation d’alcool trop importante, le contrevenant ne peut pas contacter directement un médecin agréé. Il doit consulter la préfecture de son domicile afin de prendre rendez-vous auprès de la commission médicale.

Taux d’alcoolémie et stupéfiants : le plus explosif des cocktails !

Une annulation de permis a également lieu en cas de conduite sous stupéfiants. Le pire cas de figure cependant est la cumulation de drogues et d’alcool au volant : le conducteur encourt une peine de prison de trois ans, une contravention de 9000 €, un retrait de six points et une confiscation de sa voiture.




A lire également



Commentaires

  

Derniers commentaires

Aucun commentaire pour le moment.