Conduire sous emprise, ou comment provoquer des accidents

Boire ou conduire… Vous connaissez la suite. Et pour la drogue ? Vous conduisez ou vous est-il arrivé de conduire sous emprise de stupéfiants ? Comme l’alcool, les drogues ont pour effet l’altération de vos réflexes au volant, ce qui peut engendrer bon nombre d’accidents et vous coûter très cher.

Comment la drogue ruine à coup sûr vos réflexes au volant

Que vous consommiez des drogues dites « dures » ou « douces », leurs effets sur vos réflexes sont néfastes, même si vous pensez être apte à prendre le volant. Elles entraînent une perte de vigilance, ce qui provoque des accidents de la route, souvent mortels.

Analysons les effets des différentes drogues sur votre conduite :
  • le cannabis : En le consommant, vous allongez votre temps de réaction, votre champ visuel et vos facultés auditives diminuent, votre coordination devient mauvaise,
  • l’ecstasy : c’est la drogue de la confiance en soi. Ce comprimé euphorisant vous fait vous sentir invincible. Malheureusement, c’est un leurre. L’état d’excitation dans lequel vous plonge un cachet ingéré masque votre fatigue, crée un état d’éveil qui vous donne un sentiment de contrôle, d’assurance. Cela vous entraîne à adopter un comportement irrationnel et dangereux qui vous pousse à commettre des infractions routières,
  • la cocaïne : elle tronque votre jugement, entraîne une agressivité de conduite, fausse votre jugement, ce qui occasionne très souvent une perte de contrôle de votre véhicule,
  • les opiacés : ils ont pour effet principal d’anesthésier vos réflexes, votre conscience des obstacles et du danger.

Drogue au volant, une catastrophe pour vos réflexes

C’est un fait inéluctable, la drogue tue sur les routes. Ces dernières années, les statistiques montrent que le quart des décès sur la route est lié à une conduite sous l’emprise de stupéfiants. Consommer du cannabis par exemple peut multiplier par deux le risque d’être à l’origine d’un accident mortel. Pire encore si vous l’associez à l’alcool, cela multiplie ce risque par 15.

Les jeunes conducteurs de 18 à 24 ans sont les plus touchés. Dans 23 % des cas d’accidents mortels les impliquant, les conducteurs ont été contrôlés positif selon les chiffres rapportés par la sécurité routière. Ce taux baisse chez les conducteurs âgés de 25 à 44 ans pour atteindre 19 % et chez les 45 à 64 ans 4 %.

Conduire sous emprise, ses très chères conséquences

En cas d’accident mortel, le tribunal correctionnel peut condamner les consommateurs de drogue à des peines pouvant aller jusqu’à 10 ans d’emprisonnement et 150 000 € d’amende.

D’ailleurs, les tests salivaires de confirmation effectués par les forces de l’ordre se sont généralisés et entraînent bien souvent la perte du permis. Il n’est plus nécessaire d’effectuer une prise de sang. S’il s’avère que vous avez consommé de la drogue, la facture risque d’être salée. Votre contrat d’assurance automobile sera résilié d’office et votre assureur ne vous remboursera ni les frais de réparation de votre véhicule ni les dégâts causés à des tiers.



stage france