Découvrez les contrôles obligatoires réalisés sur ces instruments de mesure

Comme l’ensemble des instruments de mesure réglementés, tout radar automatique de vitesse est soumis à plusieurs niveaux de vérification. Ces contrôles sont obligatoires et visent à s’assurer du bon fonctionnement technique des équipements. Ils sont réalisés par différents organismes indépendants afin de garantir la fiabilité des constatations d’excès de vitesse.

L’examen type du radar automatique : le contrôle le plus en amont

L’homologation, également appelée examen de type, est le 1er contrôle effectué pour tester les radars de vitesse. Il consiste à réaliser un examen du cinémomètre afin de vérifier qu’il répond aux exigences techniques fixées de manière réglementaire. Pour les radars automatiques, c’est le Laboratoire National de Métrologie et d’Essais (LNE) qui est chargé de l’examen.

La vérification primitive : certifier la plus grande fiabilité de la mesure

La vérification primitive est un contrôle réalisé sur les équipements neufs ou les radars réparés. Elle vise à confirmer le bon fonctionnement du radar de vitesse à sa sortie d’usine ou après réparation. À ce stade, le contrôle permet de s’assurer que l’instrument de mesure de la vitesse respecte les exigences réglementaires fixant à 3 km/h ou 3 % la marge d’erreur maximale tolérée.

Le fabricant ou réparateur du radar peut effectuer lui-même cette vérification s’il a mis en place un système qualité validé par le LNE. Dans le cas contraire, il devra faire appel à un organisme de contrôle indépendant.

La vérification de l’installation radar : garantir la plus grande finesse des réglages

La vérification de l’installation permet de s’assurer que le radar fixe respecte les conditions de réglage de l’instrument de mesure fixées par la réglementation.

Il s’agit notamment de vérifier que l’alignement de l’antenne radar est de plus ou moins 0,5° par rapport à la chaussée. Seuls les radars fixes sont concernés par ce type de contrôle. L’organisme en charge de cette vérification des radars déployés sur le réseau est désigné par le Ministère de l’Industrie.

La vérification périodique : contrôler la régularité dans le temps

Enfin, chaque équipement doit faire l’objet d’un contrôle annuel permettant de certifier qu’il respecte l’erreur maximale autorisée de 3 km/h ou 3 % de la vitesse. Deux organismes ont été désignés par le Ministère de l’Industrie pour exécuter cette surveillance (LNE et SGS).

En cas de contravention, vérifiez la date de révision des instruments de mesure !

La date de la dernière vérification périodique du radar est mentionnée sur le procès-verbal reçu en cas d’infractions routières au Code de la route. Si le contrôle du radar a été réalisé il y a plus d’un an, le contrevenant a le droit de contester la verbalisation. Il est possible d’obtenir ainsi la nullité de la contravention et du retrait de points du permis.

 





stage france