Tout savoir sur une traversée dangereuse des voies ferrées

Afin d’assurer la sécurité de tous, des règles encadrent le franchissement des voies ferrées. Le savoir et les comprendre permet d’adopter le comportement adéquat à l’approche d’un passage à niveau. Une traversée illégale des voies peut donner lieu à une lourde contravention.

La meilleure façon de franchir un passage à niveau

Lancé à 90 km/h, un train met 800 mètres à s’arrêter, c’est pourquoi le Code de la route stipule que les trains sont prioritaires aux autres véhicules. Pour traverser les voies ferrées, il existe deux types de passage à niveau :

  • l’un marqué par un stop. Il faut s’arrêter et vérifier qu’il n’y a aucun train, même si vous venez d’en voir passer un.
  • l’autre par des demi-barrières et des feux clignotants. Il faut s’arrêter quand les barrières commencent à se baisser, et repartir quand elles sont levées.

Il est formellement interdit de se faufiler entre les barrières ou d’obstruer la voie de quelque manière qu’il soit. Quand tout danger est écarté, l’automobiliste peut à nouveau circuler.

Connaître les lourdes sanctions pour un mauvais franchissement en 1 minute

En cas de non-respect des règles de franchissement d’un passage à niveau, le contrevenant s’expose à une contravention de 4e classe. Ce comportement dangereux est sanctionné par une amende forfaitaire de 135 euros et la perte de 4 points sur le permis. Les forces de l’ordre peuvent également aller jusqu’à procéder à la suspension du permis pendant au moins 3 ans.

Réagir correctement en cas de panne sur les voies ferrées

En cas d’immobilisation au milieu d’un passage à niveau, l’automobiliste doit tout faire pour dégager la voie. Si ce n’est pas possible, il doit évacuer toutes les personnes du véhicule et prévenir au plus vite la SNCF avec le téléphone du passage à niveau.






Commentaires

  

Derniers commentaires

Aucun commentaire pour le moment.