Permis en danger : 5 sanctions inexorables pour les records d’alcoolémie !

L’alcool au volant provoque chaque année des centaines d’accidents de la circulation mortels sur les routes de France. Les sanctions prises à l’encontre des conducteurs dont le taux d’alcoolémie dépasse 0,8 gramme par litre de sang, ce qui constitue un délit pouvant mener à une procédure de garde à vue, sont donc sévères. Ces derniers risquent notamment l’annulation pure et simple de leur permis de conduire.

Comment évaluer facilement son taux d’alcool par litre de sang ?

Lors d’un contrôle par les forces de police, le contrevenant peut être déclaré coupable de conduite en état d’ivresse manifeste si les signes de son alcoolémie excessive sont évidents, et s’il refuse de se soumettre aux vérifications des agents (alcootest), ou que leur appareillage est défectueux.

Cependant, lorsque le taux d’alcool dans le sang est mesuré et qu’il dépasse 0,8 g/l de sang (l’équivalent de 0,4 mg/l d’air expiré), il se trouve bien au-delà du taux légal :

  • 0,5 g/l pour un permis à points définitif
  • 0,2 g/l pour les jeunes conducteurs titulaires du permis probatoire

Ces taux sont très rapidement atteints et les forces de l’ordre ont pour consigne de pratiquer la tolérance zéro, c’est pourquoi il est désormais obligatoire de disposer d’un éthylotest dans le véhicule. Il peut également être utile de réaliser une simulation de son alcoolémie en ligne avant de prendre le volant.

Alcool au volant : les 5 pires sanctions prises à l’égard du contrevenant

Le Code de la route prévoit les sanctions suivantes en cas d’alcoolémie supérieure à 0,8 g/l dans le sang :

  • immobilisation du véhicule,
  • peine de prison de 2 ans,
  • 4500 € d’amende majorée,
  • stage obligatoire de récupération de points (stage de sensibilisation),
  • retrait de points (six points) et suspension de permis de conduire pour une durée de 3 ans.

Le contrevenant ivre s’expose, suite à ces infractions routières liées à la conduite sous l’emprise de boissons alcoolisées, à des sanctions pénales telles que l’annulation de permis par le tribunal correctionnel avec impossibilité d’obtenir un nouveau « papier rose » pendant 3 ans en cas de récidive pour conduite en état d’ébriété.

Comment définir la conduite en état d’ivresse manifeste ?

L’état de conduite en état d’ivresse manifeste peut être prononcé par les forces de l’ordre sans mesure préalable du taux d’alcoolémie du conducteur, sur la base seule de son comportement et de certains signes extérieurs tels que son regard, son équilibre ou son haleine.






Commentaires

  

Derniers commentaires

Aucun commentaire pour le moment.