Déterminer la durée du permis de conduire à six points

Chaque jeune conducteur est soumis à une période probatoire d’une durée variable en fonction de la formule d’enseignement sélectionnée pour apprendre à conduire. Cela signifie qu’il peut prendre le volant en toute légalité suite à l’obtention de son permis à points à condition de respecter certaines contraintes. Son permis probatoire est notamment doté d’un capital réduit à six points et impose des limitations de vitesse plus strictes.

Comment connaître la durée de votre période probatoire en tant que jeune conducteur ?

Le statut de jeune conducteur concerne, pour une durée de trois ans, l’automobiliste ayant obtenu son permis de conduire français pour la première fois, ou suite à une invalidation ou à une annulation de permis. Si vous vous trouvez dans l’une ou l’autre de ces situations et que vous avez un doute quant à la durée de votre période probatoire, repérez au verso de votre titre sécurisé le « code 106 ».

Inscrit sur la dernière ligne du « papier rose » ou du nouveau permis en vigueur depuis 2013 au sein de l’Union européenne, ce code est accompagné des dates de début et de fin de votre période probatoire. Il se présente comme suit : « 106.01/01/17 – 01/01/20 ».

Formation traditionnelle ? À vous la période probatoire la plus longue 

Un apprenti conducteur ayant opté pour la formation pratique traditionnelle au sein d’une école de conduite et en compagnie de moniteurs professionnels sera soumis à une période probatoire de trois ans.

Il en est de même pour celui qui décide, suite à l’examen du code, de poursuivre son apprentissage en conduite supervisée avant de passer l’examen du permis de conduire, c’est-à-dire sous l’autorité de l’accompagnateur de son choix, détenteur du permis B.

Au cours de ces trois années, le solde de points du jeune conducteur (initialement limité à six) est majoré de deux points tous les ans pour arriver au capital maximal (douze) – à condition que ce dernier ne commette aucune infraction routière avec perte de points pendant sa période probatoire. Dans le cas contraire, l’obtention du solde de douze points est retardée et le conducteur prend le risque d’une suspension de permis.

Avec la conduite accompagnée, réduisez votre période probatoire !

Dans le cadre de la conduite accompagnée ou Apprentissage Anticipé de la Conduite (AAC) pratiquée par 30 % des apprentis conducteurs en France, ces derniers décident de parcourir 3000 kilomètres sous la supervision de la personne de leur choix en plus de la formation traditionnelle. Cela leur permet d’acquérir une expérience plus conséquente : la période probatoire est alors réduite à deux ans.

La majoration du capital points s’effectue pendant cet intervalle à hauteur de trois points par année – toujours dans la mesure où aucune infraction au code de la route avec retrait de points n’est constatée.

Jeune conducteur : 2 durées différentes de permis probatoire

Dans le cadre du permis attribué à tous les jeunes conducteurs, la période probatoire peut durer de deux à trois ans en fonction du mode d’apprentissage de la conduite suivi. Dans l’option de la conduite accompagnée, elle est réduite à deux ans.




Commentaires

  

Derniers commentaires

Aucun commentaire pour le moment.