Hypovigilance : comment survivre à vos longs trajets en voiture ?

La fatigue au volant est la cause de plus d’un accident mortel sur trois sur voies rapides. Les phénomènes de l’hypovigilance et de la somnolence en voiture réduisent de manière significative les facultés d’observation et d’analyse du conducteur, en particulier sur les longs trajets.

5 minutes pour déjouer les pièges mortels de la somnolence !

Lorsque vous rencontrez des difficultés à rester concentré sur la route, c’est que vous êtes en train de lutter contre la fatigue au volant. Vos yeux commencent à piquer, votre nuque et votre dos se raidissent, vous devenez irritable et votre regard a tendance à être plus fixe. La somnolence désigne quant à elle la difficulté à rester éveillé. Il n’est pas rare d’expérimenter à répétition des phases de « micro-sommeil » d’une durée de 1 à 4 secondes, instants qui peuvent suffire à provoquer un accident mortel.

Les principales causes d’endormissement sont le manque de sommeil, la fatigue chronique, une mauvaise qualité de sommeil, des repas trop copieux, une mauvaise aération de l’habitacle, un excès de chauffage ou de climatisation ou encore certains traitements médicaux tels que les somnifères, les antidépresseurs ou les anxiolytiques.

Régulièrement sous-évalués, les risques liés à la somnolence et même à l’épuisement sont néanmoins importants. Les chiffres parlent d’eux-mêmes :
  • Les risques d’accident sont multipliés par 8 en contexte de somnolence
  • Un conducteur peut somnoler en moyenne 11 minutes sur un trajet Paris-Nice
  • La fatigue au volant multiplie par 5,6 les risques d’accident de nuit entre 2 h et 5 h du matin
  • 17 heures de veille provoquent les mêmes effets qu’un taux d’alcoolémie de 0,5 g/l de sang

Fatigue au volant : 4 conseils clés pour ne pas finir dans le fossé !

La fatigue au volant n’est pas une fatalité et il est nécessaire de l’anticiper en adoptant de bonnes habitudes. Pour cela, il est recommandé de suivre les conseils suivants :
  • Être à l’écoute de son horloge biologique et apprendre à identifier les premiers signes de fatigue
  • Rouler moins vite pour éviter au cerveau de devoir traiter trop d’informations
  • Faire une pause de 15 à 20 minutes toutes les 2 heures
  • S’arrêter et faire une courte sieste si les signes d’assoupissement perdurent

Quand bâiller rime avec danger, arrêtez la voiture !

30 % des accidents mortels sur autoroute commencent par un bâillement : c’est pourquoi la Sécurité Routière recommande d’arrêter la voiture toutes les 2 heures afin d’éviter la fatigue au volant. Cependant, une pause réellement efficace est une pause active pendant laquelle le conducteur en profite pour aérer l’habitacle, faire un peu d’exercice physique et se rafraîchir. N’hésitez donc pas à faire plusieurs fois le tour de votre véhicule et à vous hydrater suffisamment.



stage france