Comment sont réalisés les contrôles sur tronçons dangereux ?

Les radars tronçons sont déployés sur des zones dangereuses du réseau routier et autoroutier sur lesquelles un accident pourrait avoir des conséquences importantes (ponts, tunnels, viaducs…). Les contrôles réalisés par ces nouveaux radars automatiques permettent de calculer la vitesse moyenne des véhicules sur une portion de route comprise entre 150 mètres et 30 kilomètres.

2 points d’enregistrement pour calculer votre moyenne de circulation

Contrairement aux radars fixes qui captent une vitesse instantanée, les radars tronçons mesurent le temps mis par un véhicule entre 2 points et calculent ensuite sa vitesse moyenne. Ce nouveau dispositif de radar automatique est composé de 2 bornes installées à l’entrée et à la sortie de la zone contrôlée.

Chaque véhicule arrivant sur la 1re borne est identifié par sa plaque d’immatriculation : ses date et heure de passage sont enregistrées de manière précise. Le même recueil de données est réalisé au franchissement de la 2e borne. Les informations d’entrée et de sortie sont alors comparées et permettent à la Centrale de traitement de calculer la vitesse moyenne du véhicule.

Radars automatiques : comment sont traitées les données ?

Si vous avez respecté la vitesse maximale autorisée, vous échapperez à la verbalisation. Dans ce cas, les informations concernant votre passage dans la zone de contrôle de la vitesse sont conservées 24 h au maximum avant d’être supprimées.

Mais si vous avez été flashé, les enregistrements relatifs à votre excès de vitesse seront transmis au Centre National de Traitement (CNT) chargé d’établir le procès-verbal. Après consultation du fichier des immatriculations, le propriétaire ou locataire du véhicule est identifié. L’avis de contravention est édité et lui est envoyé par la poste. Il peut alors régler la contravention ou contester l’infraction.

Avis de contravention : comment contester les contrôles ?

Plusieurs motifs peuvent vous amener à contester un PV : soit votre véhicule était volé ou ce n’était pas votre voiture en infraction, soit il s’agissait d’un autre conducteur que vous et vous souhaitez dénoncer le contrevenant, soit vous contestez la réalité de l’infraction. À réception de l’avis, vous avez 45 jours pour contester la contravention auprès de l’Officier du Ministère public, par le biais d’une procédure en ligne, ou par voie postale.

 





stage france